Musée virtuel des pays de Savoie
Visiter le musée virtuel<< AccueilConseil général de la Savoie Region Rhone Alpes
. Les styles architecturaux
. Les peintures murales
. Les églises baroques

Les nombreux styles architecturaux des édifices religieux savoyards évoquent l'histoire et la culture des départements de Savoie et Haute-Savoie. Ils soulignent l'empreinte de la religion sur les anciennes sociétés alpines. Nées du maillage paroissial qui se met en place au cours du moyen-âge, les quelques centaines d'églises savoyardes constituent le coeur d'un abondant patrimoine religieux qui se distingue par sa diversité. Découvrez la retenue de l'art roman, les silhouettes élancées de l'art gothique, l'exubérance de l'art baroque, le renouveau des arts du passé dans les styles du XIXe s. et l'audace des architectures du XXe s.

Le Roman
Parfois très anciens les édifices présentant des éléments d'architecture romane conservent quelquefois des témoignages de constructions paléochrétiennes ou carolingiennes à l'image de l'église Saint-Pierre dans le quartier de Lemenc à Chambéry ou de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne. Les chevets à bandes lombardes observables sur la basilique Saint-Martin à Aime, la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers ou encore l'église Notre-Dame à Quintal ou l'abside en cul de four de l'église de Saint-Pierre-d'Extravache à Bramans, constituent des éléments caractéristiques des premiers édifices romans. A partir du XIIe s. les cisterciens introduisent l'arc brisé, le chevet droit, la voûte en berceau brisé etc. Ce second art roman s'observe notamment sur des édifices comme le prieuré de Peillonex ou l'église de Cléry. Quelques éléments architecturaux comme les chapiteaux historiés des églises de Marthod, Desingy ou les portails de l'église de La Chambre et de la commanderie de Moussy à Cornier témoignent également de cet art médiéval.

Le Gothique
Le style gothique apparaît en Savoie au XIIIe s. D'abord sobre à l'image de l'abbaye d'Aulps il évolue vers une architecture plus raffinée caractérisée notamment par des voûtes à croisée d'ogive remarquables dans l'église d'Evian-les-Bains. Les bas-reliefs du prieuré du Bourget ou les décors de la chapelle des Princes à l'abbaye de Hautecombe témoignent d'une évolution vers le style rayonnant. La période flamboyante perceptible par les lignes foisonnantes des décors architecturaux se retrouvent sur le chevet de la Sainte-Chapelle, le portail Saint-Dominique et la façade de la cathédrale à Chambéry mais également dans le cloître de la chartreuse du Reposoir ou celui de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne. Perdurant jusqu'au XVIe s. il devient plus épuré comme en attestent les églises de Mieussy et Samoëns, lachapelle de Charly à Andilly ou encore le cloître de la chartreuse de Mélan.

Le Baroque
A partir du XVIIe s. le style baroque s'exprime à travers des décors caractérisés par les dorures et la polychromie et installés dans des structures classiques. Au début du XVIIIe s. l'époque dite salomonique marquée notamment par la recherche du mouvement et les colonnes torses succède à cette première phase mais dès le premier tiers du XVIIIe s. le baroque dit rococo revient vers plus de simplicité. Plus qu'un art architectural, le style baroque, qui dure en Savoie jusque vers 1815, est un art du mobilier. Retables, confessionnaux, chaires etc. sont parmi les plus beaux éléments de l'art baroque. En guise d'introduction à ce style majeur des Pays de Savoie, découvrez un calice en or finement travaillé, le clocher de l'église de Combloux ou les décors peints de l'église de Cordon.

Les styles du XIXe siècle
Apparu au cours de la restauration sarde (1815-1860), le style gothique troubadour est surtout représenté par l'abbaye de Hautecombe et les décors peints de la cathédrale de Chambéry. Dès 1825, le néoclassique sarde s'impose. La façade, remarquable sur les églises de Doussard, Taninges ou La Motte-Servolex, reprend les éléments architecturaux de l'antiquité et devient un élément principal de l'édifice. Les églises de Bernex, de Mont-Saxonnex ou de Saint-Pierre-de-Curtille témoignent quant à elles de la diversité des plans utilisés. A partir de 1850, le néogothique s'inspirant du Moyen Age se développe grâce à l'impulsion du clergé. Seul les plans en croix latine comme à l'église de Saint-Jorioz ou les plans basilicaux comme à l'église Saint-Jean-Baptiste à Albertville sont utilisés. Dès 1860, le néo-roman concurrence le néogothique et substitue les croisées d'ogives par des arcs en plein cintre.

L'architecture du XXe siècle
Inspirées par les formes et les matériaux locaux les églises du début du XXe s. sont essentiellement néo-régionalistes à l'image de l'église Notre-Dame-du-Léman à Vongy (Thonon-les-Bains). L'église Notre-Dame-de-Toute-Grâce, décorée par des artistes tels que Fernand Léger, Henri Matisse, Marc Chagall etc. est sans conteste un exemple majeure des églises de cette première moitié du siècle en Pays de Savoie. Les destructions de la Seconde Guerre Mondiale donnent un nouvel élan à l'architecture religieuse du XXe s. D'abord monumentales telles que les églises de Tignes et de Modane ces nouveaux édifices proposent de nouvelles forment : tente à Ugine, four à pain au Biollay (Chambéry) ou pyramide au Mont-Cenis. En réponse au concile de Vatican II, les nouvelles églises moins monumentales cherchent à s'insérer dans le tissu urbain et social (église Notre-Dame-de-l'Assomption à Courchevel, église Sainte-Bernadette à Annecy, église Saint-Simon à Aix-les-Bains), et affirment la dimension communautaire de l'Eglise (église Notre-Dame-de-la-Paix à Etrembières).